Cameroun : Amnesty International dénonce la banalisation de la torture dans la lutte contre Boko Haram

Au moins 130 hommes et jeunes hommes sont portés disparus depuis 2014 et au moins une centaine ont été tenus au secret et torturés en toute impunité.

Boko Haram n’est pas vaincu. Que ce soit dans le nord du Nigeria, leur fief historique, ou dans les pays voisins qui leur ont déclaré la guerre, les djihadistes, qui ont prêté allégeance à l’organisation Etat islamique (EI), continuent de semer la mort, le plus souvent en envoyant des bombes humaines se faire exploser dans des lieux publics. Au Cameroun, dans la région de l’Extrême-Nord, au moins 23 attaques-suicides ont été comptabilisées depuis avril. Lors des quatre dernières années, Boko Haramporte la responsabilité de la mort d’au moins 1 500 civils dans cette région, selon Amnesty International (AI).