Cité dans une  affaire de mœurs, Gakou s’en lave les mains

 

Il y a bel et bien eu une plainte dans l’affaire de mœurs dans laquelle est cité le leader du Grand Parti (GP). Selon nos sources bien au fait de ce dossier, une plainte a été déposée contre Malick Gakou à la Sûreté Urbaine (Su) concernant une affaire de tentative d’avortement. Seulement, nous dit-on, l’ancien ministre du Commerce n’a pas encore été entendu, comme l’ont révélé nos confrères de Pressafrik.com qui ont été repris par Leral.net. Selon nos confrères, Malick Gakou aurait engrossé une fille et voulant éviter tout scandale, compte tenu de son statut, il aurait demandé à un de ses amis d’enfance de gérer l’affaire en toute discrétion. Et ce dernier se serait adressé à un Cabinet médical de la place, dont le médecin serait une de ses connaissances. Et il y aurait eu tentative d’avortement de la jeune fille. Mais, le hic, c’est que l’affaire aurait mal tourné et la Sûreté urbaine se serait saisie de l’affaire, suite à une plainte. Nos confrères renseignent même que Gakou a presque passé la journée du dimanche dans les locaux de la Sûreté 

urbaine. 

 

Dans un communiqué rendu public par la Cellule de communication du GP, Gakou dément avoir été interpellé et gardé à vue durant le week-end écoulé. «Cette information est erronée et sans fondement. Le président Malick Gakou était durant tout le week-end dans la ville sainte de Touba. Le président Malick Gakou n’a nullement été l’objet d’aucune plainte», lit-on dans le communiqué précité. «D’ailleurs, il y a juste deux semaines, il lui a été attribué une troisième femme par la presse, et des tentatives de cette nature ne vont certainement pas manquer pour salir son image face aux perspectives politiques de ‘Sunugaal’», soulignent les communicants du GP, qui révèlent que Gakou «se réserve le droit de poursuivre devant les juridictions compétentes tout auteur de diffamation à l’encontre de sa personne».