Comment les réseaux sociaux influencent la mode

Que ce soit sur Facebook, Instagram, Snapchat, Pinterest ou Twitter, les stars du showbiz comme les consommateurs affichent allègrement leurs derniers achats sur les réseaux sociaux. Le résultat, c’est un marché en accéléré qui répond instantanément aux posts des influenceurs. Quand on sait que la mode en France pèse quelques 150 milliards d’euros par an, il n’y a rien d’étonnant à ce que les revendeurs et les marques cherchent eux aussi à se faire une place sur les réseaux sociaux.

Tout va plus vite

Avant Marc Zuckerberg et ses acolytes, il fallait attendre la parution de son magazine préféré pour découvrir les dernières tendances du tapis rouge, ce qui donnait aux marques le temps de peaufiner leurs collections. Aujourd’hui, il suffit que l’influenceur numéro un aux États-Unis, la chanteuse Camilla Cabello, apparaisse en imperméable moutarde à la Fashion Week de Londres pour que ses 18.1 millions d’abonnés sur Insta répandent aussitôt la nouvelle, créant immédiatement une frénésie sur Google qui se traduira par 34% d’augmentation des recherches des mots-clés cirés cuir jaune.

 

 

Les stratégies des maisons de couture

Confrontées à cet ouragan, les marques de haute couture et de prêt-à-porter adaptent et renouvellent encore et toujours leurs stratégies de marketing. Il y a les marques qui « likent », « retweetent » et répondent à toutes les images des influenceurs portant leurs dernières nouveautés – après tout, les experts s’accordent à dire qu’il faut s’investir et communiquer avec ses followers.

D’autres marques sélectionnent soigneusement les meilleures créations pour se positionner en expertes de la mode, et d’autres se complaisent dans un silence teinté de mystère – la maison Céline, dont les créations ciblent les femmes de 26-39 ans discrètement sophistiquées, n’a même pas de compte Facebook.