Congo-B.: le général Mokoko s'exprime dans une lettre mais pas à la barre

Troisième jour de procès pour le général Mokoko à Brazzaville. Il n'a pas fallu plus de quatre heures au procureur pour présenter ses éléments de preuve. Il n'y a eu aucun débat contradictoire, le général Mokoko et ses avocats étant restés fidèles à leur stratégie de ne pas répondre aux questions du juge ni participer aux débats. Silencieux à la barre, l'accusé a tout de même décidé de s'exprimer à travers un courrier manuscrit de deux pages écrit depuis sa prison. Un document authentifié par ses avocats, daté du 8 mai et que RFI s'est procurée.