D’anciennes captives de Boko Haram sublimées dans une série photo vibrante

Haram ont de quoi donner un peu d’espoir.

Pour beaucoup, elles n’ont été jusqu’à présent qu’un nombre – à ce jour pas tout à fait arrêté – et pour d’autres un hashtag #BringBackOurGirls. C’était en avril 2014. Plus de 250 jeunes filles avaient été kidnappées par Boko Haram dans la ville de Chibok au Nigéria.

 

 

Si beaucoup d’entres elles vivent encore un calvaire, plusieurs d’entre elles ont finalement été libérées. Ces rescapées ou anciennes captives doivent se construire une nouvelle vie après avoir vécu l’enfer. Elles s’appellent Deborah Peter, Rahila Bitrus ou encore Aisha Ezekiel. Après les noms, on a désormais des visages à mettre sur ses survivantes. Pas les images d’adolescentes au regard vide dans des robes sombres, non. celles de jeunes femmes qui ont grandi et qui posent avec dignité devant l’objectif du photographe Adam Ferguson.

(c) Dionne Searcey / The NYT

Commissionné par le New York, il a travaillé en collaboration avec la journaliste Dionne Searcey sur une série de portraits des anciennes captives. Le binôme s’est rendu à Abuja pour un photoshoot après avoir obtenu le consentement du gouvernement nigérian. 83 portraits ont été shootés en une journée. Le résultat, ce sont ces photos entre ombre et lumière qui permet de voir ces anciennes victimes sous un autre jour.