Droit de l'Homme - Le Haut-Commissariat lance un appel de fonds de 253 millions de dollars

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme a lancé, le 15 février dernier, à Genève, un appel de fonds qu’il qualifie de « plus ambitieux de son histoire ». Les États et les bailleurs de fonds privés sont invités à soutenir l’initiative afin d’aider le Haut-Commissariat « à travailler et défendre les droits de l’homme pour tous, en tout point du globe » dans un contexte d’incertitudes.

Défendre en tout lieu et en tout temps les droits de l’Homme. Tel est l’ambition du Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l’Homme qui vient de lancer l’appel de fonds d’un montant de 253 millions de dollars. «Notre monde est entré dans une période de profonde incertitude. Dans de nombreux pays, les règles établies sont mises à mal. La xénophobie et les appels à la discrimination raciale et religieuse sont aujourd’hui monnaie courante et semblent même chaque jour gagner un peu plus de terrain et s’enraciner davantage,» a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. «Devant l’incapacité collective à prévenir, atténuer et résoudre les conflits et les guerres par procuration, les groupes extrémistes trouvent matière à agir et l’humanité est plongée dans une souffrance massive et choquante, comme en témoignent les millions de personnes contraintes à quitter leur foyer et à laisser derrière elles tout ce qui faisait leur vie», a-t-il poursuivi. A l’en croire, la situation est « grave » et « préoccupante », même s’il reste positif. Car, pense-t-il, « rien n’est encore perdu ».

  1. Al Hussein a qualifié son initiative « d’appel à l’action » afin de parvenir à « une compassion généralisée, à la stabilité et au développement inclusif, dont les droits de l’homme sont la clé de voûte ». Il reste convaincu qu’« investir dans les droits de l’homme aujourd’hui est un gage de prévention pour l’avenir » et que « le respect des droits de l’homme permet de rétablir la stabilité au sein de régions et de pays entiers en promouvant la justice pour tous.» Le Haut-Commissariat compte 60 bureaux sur le terrain et veille à ce que les principes relatifs aux droits de l’homme aient une « réelle incidence sur la vie des populations ». «Plus que jamais, nous avons besoin de solides partenaires à nos côtés. Mon bureau accuse un déficit de financement grave et chronique. Nous devons élargir notre base de soutien financier pour inclure davantage d’États membres et encourager la participation d’un éventail plus large de bailleurs de fonds privés», a-t-il indiqué.

Cette année, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme aspire à mobiliser un financement extrabudgétaire à hauteur de 252,9 millions de dollars américains afin de soutenir son programme de travai, y compris l’assistance dans le pays, l’appui aux experts indépendants des droits de l’homme de l’Onu et au Conseil des droits de l’homme, de même qu’un certain nombre de fonds d’affectation spéciale destinés à soutenir les travaux sur des questions telles que la torture, les formes contemporaines de l’esclavage et les droits des peuples indigènes. Ce financement extrabudgétaire viendrait compléter le budget ordinaire de 107,56 millions de dollars accordé par l’Onu au Haut-Commissariat.

  1. MANE