Etats-Unis: une manifestation de groupes d’extrême droite dispersée à Portland

Ce samedi, une manifestation de groupes d’extrême droite se déroulait à Portland, au nord-ouest du pays, et les autorités avaient prévenu qu'elles ne toléreraient pas le moindre débordement, car des contre-manifestants antiracistes étaient aussi attendus. Finalement, presque un an après les violences de Charlottesville qui avait provoqué la mort d'une jeune femme dans des circonstances équivalentes, les forces de l'ordre ont très vite dispersé la foule.

Avec notre correspondant à New YorkGrégoire Pourtier

Des émeutes ayant déjà agité Portland en juin, en faisant plusieurs blessés, la police de la ville avait expressément ordonné aux manifestants de ne venir avec aucune arme, ni même avec aucun objet qui pourrait permettre d'attaquer les autres groupes.

Mais il n'a pas fallu longtemps avant que les premières bouteilles ne volent.

Les forces de l'ordre, présentes en nombre, ont donc rapidement ordonné la dispersion des cortèges, entre lesquels elles s'étaient interposées, usant de grenades assourdissantes et procédant à quelques arrestations.

Face-à-face tendu

D'un côté, on trouvait les partisans de deux mouvements d'extrême droite, les Patriot Prayer et les Proud Boys. Ils étaient venus soutenir la candidature au Sénat américain de Joey Gibson, qui se présente sous l'étiquette républicaine dans un Etat voisin.

Face à eux, une coalition plus hétéroclite de contre-manifestants, comptant notamment des militants antiracistes et pro-immigration, ou des groupements d'ouvriers.

Le fait que Portland soit traditionnellement à majorité démocrate n'a pas freiné l'extrême-droite, qui voulaient s'y faire entendre au nom de la « liberté d'expression ».