l’apaisement à Madagascar ainsi qu’en Ethiopie

On commence par la Grande Ile : la crise politique a marqué une pause avec la nomination du nouveau Premier ministre en début de semaine. Rappelons que Madagascar est secoué depuis fin avril par une fronde de l’opposition, qui organise quotidiennement des manifestations dans le centre de la capitale. L’opposition qui dénonce des lois électorales controversées et qui demande le départ du président, élu en 2013.

Ce n’est donc pas le président qui a quitté ses fonctions, mais c’est le Premier ministre, qui a été remplacé par Christian Ntsay, un haut-fonctionnaire international.

« La nomination de Christian Ntsay à la primature a été faite pour permettre un retour à la normale, relève Midi MadagascarC’était, affirment certains analystes, la meilleure solution. Elle a satisfait les acteurs politiques les plus réalistes et elle ne déplait pas à la communauté internationale ne voulant pas voir le blocage s’éterniser. (…) La machine administrative doit de nouveau se remettre en marche, estime Midi Madagascar. Ces deux mois de crise ont perturbé la vie de la nation. La reprise va être difficile et l’on souhaite qu’elle se fasse le mieux possible. »