Error message

  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_display has a deprecated constructor in require() (line 83 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/xautoload/src/ClassLoader/AbstractQueuedCachedClassLoader.php).
  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_many_to_one_helper has a deprecated constructor in require_once() (line 127 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/ctools/ctools.module).

La Cosydep met en place un nouveau concept

Depuis quelques années, l’école sénégalaise est en proie à des crises profondes qui plongent les acteurs dans un véritable malaise. C’est pour faire face à cette situation que la Cosydep a mis en place le concept «Nos vacances pour l’école». Il s’agit de créer, pendant les grandes vacances, un cadre de réflexion prospective pour des actions pertinentes et efficaces. Pour le Pca de la Cosydep Moussa Mbaye, les trois de mois de vacances doivent être utilisés pour sécuriser la prochaine année scolaire. Par conséquent, des efforts ont été consentis ces dernières années en terme de ressources humaines, matérielles et financières pour accompagner  es réformes  structurelles dans le domaine des curricula, des infrastructures, de la qualification des enseignants. Elles ont permis de faire des progrès appréciables. Toutefois, l’efficacité du système demeure faible lorsqu’on met en rapport les objectifs et les résultats. Selon Moussa Mbaye, le système éducatif est en crise récurrente depuis plus de quinze ans. Et à chaque fois, beaucoup d’efforts sont faits pour régler des situations de pourrissement. «Maintenant, nous utilisons le temps des vacances où les enfants se reposent pour parler avec les leaders syndicaux et les acteurs institutionnels afin de réfléchir sur les facteurs explicatifs qui pourront nous aider à trouver des recommandations pour anticiper au lieu d’attendre que les problèmes soient là pour en discuter», dit-il.