La Nuit internationale de la chauve-souris, une bonne cause

Souvent considéré comme un animal parasite, le chiroptère - qui est en danger aujourd'hui - joue en fait un rôle essentiel dans l'écosystème. Et notamment contre la prolifération des moustiques. D'où l'impératif de le protéger. La Nuit internationale de la chauve-souris, c'est ce mardi 29 août 2017 au soir.

Ce mardi soir, la Société française pour l'étude et la protection des mammifères (Sfepm) invite les badauds à découvrir une espèce mal comprise et mal aimée, à l'occasion de la 21e Nuit internationale de la chauve-souris, organisée sur plusieurs sites un peu partout en France. Plus d'une trentaine de pays participent à l'évènement.

Les effectifs de certaines espèces de chiroptères sont en régression alarmante, rappelle la Sfepm. Or, comme l'explique Mathieu Ménage, chargé d'étude pour la Maison de la chauve-souris, en Bretagne, « Les chauves-souris insectivores, ce sont des régulateurs naturels de population d’insectes ».

« Si la chauve-souris disparaissait, ce serait vraiment catastrophique »

« La plus petite espèce de chauve-souris que l’on a en France, par exemple, on dit couramment qu’elle est capable de manger jusqu’à plus de 2 000 moustiques par nuit », rappelle Mathieu Ménage, qui attire l'attention sur le fait que ces insectes « peuvent avoir des conséquences graves sur notre santé ».

Aussi, « si la chauve-souris disparaissait, ce serait vraiment catastrophique », alerte le chercheur, avec des « conséquences sanitaires pour nous ». D'où l'impératif de les étudier, de protéger leurs milieux de vie et de sensibiliser le public. Ce à quoi s'yattèlent des centaines de bénévoles toute l'année.

La chauve-souris régule les effectifs d'insectes, mais pollinise également

D'autant que dans certaines parties du monde, les chauves-souris sont également des pollinisateurs : « Les petites chauves-souris nectarivores par exemple, qui vont aller prélever le nectar dans les fleurs qui éclosent en pleine nuit, vont disséminer les pollens et donc participer à la reforestation en Amazonie. »

A l'occasion de la Nuit internationale de la chauve-souris, les bénévoles feront donc découvrir les aspects les plus étonnants du mammifère, ses « mœurs », ses techniques de chasse au sonar et même ses cris, « grâce à un détecteur d'ultrasons », peut-on lire sur le site