Macron en Nouvelle-Calédonie, un déplacement à haute portée politique et symbolique

Emmanuel Macron est arrivé jeudi 3 mai en Nouvelle-Calédonie, dont il repartira dans la soirée du 5 mai. C’est son premier déplacement sur le « Caillou », mais la septième visite présidentielle, et celle-ci revêt un caractère très particulier à six mois du référendum du 4 novembre sur l’accession à la pleine souveraineté de ce territoire, comme le prévoit l’accord de Nouméa du 5 mai 1998.

Dès ses premiers pas sur le tarmac de l’aéroport de La Tontouta, le chef de l’Etat a voulu, dans une courte déclaration, placer cette visite sous le sceau de « notre histoire commune, des moments qui ont pu être parfois douloureux », faisant référence aux événements d’Ouvéa, il y a trente ans, et « des moments dont nous pouvons être fiers »« Ce temps mémoriel est important parce qu’on ne fait rien de bon en négligeant une part de son histoire, quels qu’en soient les contours », a-t-il ajouté.