Macron, Macky et Rihanna s'engagent pour l'Education

Le Sénégal et la France vont coprésider la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation. Ce sera en présence des chefs d’Etat Emmanuel Macron et Macky Sall, le 2 février 2018 à Dakar. La chanteuse barbadienne Rihanna est également attendue à Dakar le même jour. Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), organisateur de la levée de fonds, annonce que l’objectif est de mobiliser 3,1 milliards de dollars de la part des bailleurs de fonds pour la période 2018- 2020.

Le Sénégal sera la capitale mondiale de l’Education les 1er et 2 février prochains. En effet, Dakar va abriter la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation, sous la présidence d’Emmanuel Macron et de Macky Sall. Les Présidents français et sénégalais seront en compagnie de la chanteuse et star internationale Rihanna et plusieurs autres philanthropes pour le lancement de la mobilisation de fonds. L’objectif est de mobiliser 3,1 milliards de dollars de la part des bailleurs pour la période 2018 – 2020. Selon les organisateurs, il s’agit ainsi de soutenir l’éducation de 870 millions d’enfants dans 89 pays en développement dans lesquels vivent 78% des enfants non scolarisés dans le monde. Et d’après nos informations, les festivités démarrent le 26 janvier par une conférence de presse qui va réunir tous les ministres en charge de l’Education et de la formation dans le pays. Il faut relever que le parrainage conjoint de cette activité par le Président sénégalais Macky Sall et son homologue français Emmanuel Macron a été décidé lors d’une réunion de haut niveau sur le financement de l’éducation organisée à l’ONU en présence de son secrétaire-géné- ral António Guterres, de plusieurs chefs d’État et de responsables de l’éducation dans le monde. D’ailleurs, ce sera la première fois qu’un pays donateur et un pays en développement parraineront ensemble une confé- rence de financement du GPE, «symbolisant ainsi l’esprit du partenariat, véritable essence du GPE». Macky Sall déclarait à l’époque que «le Partenariat mondial pour l’éducation a investi de façon substantielle dans l’éducation, aidant ainsi 72 millions d’enfants supplémentaires à aller à l’école primaire depuis 2002, y compris au Sénégal.» Quant au Président Emmanuel Macron, il s’était dit honoré d’accueillir la prochaine Conférence de financement du GPE à Dakar. «Nous nous réjouissons de continuer notre étroite collaboration avec le GPE. J’appelle la communauté internationale à se joindre à nous en février 2018», avait-il lancé. La France est d’ailleurs un bailleur du GPE depuis 2005. Et selon un communiqué du comité d’organisation, depuis 2006, le Sénégal a fait d’énormes progrès d’investissement dans l’éducation, qui représente désormais 24% de ses dépenses publiques.

ACTIONS DU GPE DANS LES PAYS PARTENAIRES

La rencontre de Dakar rassemblera les bailleurs et pays en développement partenaires, le secteur privé, les fondations philanthropiques, la société civile et les organisations internationales pour annoncer leurs engagements en soutien à l’éducation dans les pays en développement. Dans un communiqué publié le 20 septembre 2017, il était écrit que le Partenariat Mondial pour l’éducation (GPE) œuvre aux côtés des pays en développement afin de garantir à chaque enfant une éducation de base de qualité, et en priorité aux plus pauvres, aux plus vulnérables et à ceux qui vivent dans les pays touchés par la fragilité et les conflits. Il s’agit en effet de mobiliser des financements pour l’éducation et de soutenir les pays en développement afin de bâtir des systèmes éducatifs efficaces grâce à une planification et des politiques fondées sur des données probantes. L’organisation estime que ses actions ont permis d’obtenir les résultats suivants dans les pays partenaires : «72 millions d’enfants supplémentaires scolarisés dans le primaire en 2015 comparé à 2002. 76 % des enfants dans les pays partenaires du GPE ont achevé le primaire en 2015 comparé à 63 % en 2002. 74 % de taux d’achèvement du primaire pour les filles en 2015 comparé à 57 % en 2002. 78 % des pays partenaires du GPE ont maintenu le budget consacré à l’éducation à 20 % ou plus de leurs dépenses publiques ou ayant augmenté ce budget en 2015.»