Error message

  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_display has a deprecated constructor in require() (line 83 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/xautoload/src/ClassLoader/AbstractQueuedCachedClassLoader.php).
  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_many_to_one_helper has a deprecated constructor in require_once() (line 127 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/ctools/ctools.module).

Mondial 2018: le Nigeria bat l’Islande avant de défier l’Argentine

L’équipe du Nigeria a remporté une victoire 2-0 précieuse face à celle d’Islande, ce 22 juin à Volgograd, dans le groupe D de la Coupe du monde 2018. Les Nigérians se qualifieront pour les huitièmes de finale s’ils battent l’Argentine, le 26 juin à Saint-Pétersbourg. Un match nul face aux Argentins leur suffira même si les Islandais ne gagnent pas face aux Croates, dans le même temps.

 

 

De notre envoyé spécial en Russie,

L’équipe du Nigeria a offert à l’Afrique sa deuxième victoire durant cette Coupe du monde 2018 de football, ce 22 juin à Volgograd, deux jours après celle du Sénégal face à la Pologne (2-1). Surtout, les triples champions d’Afrique (1980, 1994, 2013) ont été plus convaincants que lors de leur première prestation dans le groupe D.

Par rapport à la défaite 2-0 face à la Croatie, Gernot Rohr, le sélectionneur des « Super Eagles » a procédé à trois changements. Les attaquants Ahmed Musa et Kelechi Iheanacho ont remplacé Alex Iwobi et Odion Ighalo. Abdullahi Shehu, lui, a cédé sa place à Kenneth Omuero pour que ce dernier complète une défense centrale à trois.

Les Nigérians démarrent ainsi la rencontre en 3-5-2. Ce schéma est censé leur apporter solidité à l’arrière et vitesse sur les ailes. Mais durant le premier quart d’heure, ses bénéfices ne sautent pas aux yeux. La sélection nigériane peine à en effet accélérer le jeu. Et surtout, le milieu Gylfi Sigurdsson se procure les deux premières occasions, avec un coup franc (3e) et une frappe (7e) qui sont cadrés et qui forcent le gardien Francis Uzoho à s’employer.

 

 

De leur côté, les coéquipiers de John Obi Mikel usent et abusent de centres prévisibles et pas assez précis.

Ahmed Musa débloque la situation

La première période s’achève donc comme elle a commencé, avec des Islandais menaçants, notamment avec un coup franc qu’Alfred Finnbogason est à un cheveu de pouvoir bien exploiter (45e).

Il faut en fait attendre la deuxième période et une contre-attaque enfin rapide pour que l’équipe du Nigeria soit dangereuse. A la 50e minute, Victor Moses déboule sur son côté droit et centre vers Iheanacho. Mais Musa parvient à intercepter le ballon d’un contrôle acrobatique, avant d’enchaîner avec une reprise de demi-volée qui laisse le portier Hannes Halldorsson impuissant (0-1).

Cette ouverture du score libère les « Super Eagles ». A la 57e minute, Wilfred Ndidi expédie une lourde frappe sous la barre qui pousse Halldorsson à claquer le ballon en corner. Moses tente d’atteindre la lucarne gauche (66e). Le défenseur central Leon Balogun ne rabat pas assez le ballon de la tête, sur un corner (72e). Enfin, Musa envoie la balle sur la transversale, quelques secondes avant une contre-attaque décisive. Il la conclut en se jouant de la défense islandaise et d’Halldorsson (0-2, 75e).

En position de force face à l’Argentine

Quant aux Islandais, ils n’y sont plus du tout. A la 81e minute, ils obtiennent un penalty légitime (avec l’assistance de la vidéo) pour un croc-en-jambe de Tyronne Ebuehi sur Finnbogason. Mais Sigurdsson loupe le cadre pour la plus grande joie du jeune gardien Francis Uzoho (84e).

Avec cette victoire 2-0, le Nigeria est désormais en position de force pour se qualifier. S’ils battent l’Argentine, le 26 juin à Volgograd, les « Super Eagles » de 2018 imiteront ceux de 2014 en allant en huitième de finale du tournoi. Un match nul peut même leur suffire si, dans le même temps, les Islandais ne gagnent pas face à des Croates déjà qualifiés. Mais encore faudra-t-il résister à la fureur de Lionel Messi, qui doit une revanche à ses fans après un piteux début de Coupe du monde…