Error message

  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_display has a deprecated constructor in require() (line 83 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/xautoload/src/ClassLoader/AbstractQueuedCachedClassLoader.php).
  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_many_to_one_helper has a deprecated constructor in require_once() (line 127 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/ctools/ctools.module).

Pour avoir fumé dans un vol « Royal Air Maroc » : Un étudiant en médecine prend 6 mois avec sursis

L’étudiant Marocain en filière d’odontologie à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar Mouhamed Haoufadi âgé de 27 a fumé dans le vol Royal air Maroc qui devait atterrir à Dakar le 4 septembre 2017. 
 Il revenait au Sénégal pour récupérer son diplôme. Mais le hic est que Haoufadi est accroc à la cigarette qu’il fume depuis 10 ans. Et malgré l’interdiction du personnel de bord et de leur commandant de bord à qui il avait bien demandé la permission, il n’a pu résister à la tentation. 
 Et c’est le détecteur de fumée, placé dans l’appareil et dans les toilettes où il s’était réfugié qui a signalé son acte. 
 C’est dans cette circonstance qu’il a été arrêté pour les délits de violation des consignes relatives à la sécurisation de la navigation aérienne, violation d’une interdiction de fumer dans les moyens de transport et mise en danger de la vie d’autrui. 
Incriminé pour ces chefs d’accusation, il été placé sous mandat de dépôt le même jour. 
Devant la barre du tribunal de grande instance de Dakar Mouhamed a regretté son acte. 
 «Je suis accroc à la cigarette car depuis 10 ans j’en use. Ces agents de la compagnie m’avaient déjà averti qu’il ne fallait pas fumer en avion. Je demande pardon». 
Le parquet a qualifié son geste d’acte de terrorisme, il a requis une peine d’avertissement de 6 mois assortie d’un sursis avec une amende de 500.000 francs. 
Du côté de la défense, Me Hilal a demandé une application bienveillante de la loi en la qualité de délinquant primaire de son client et du fait de son amendement au prétoire. Après les débats d’audience, le mis en cause a été condamné par le tribunal à 6 mois assortis du sursis.