Error message

  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_display has a deprecated constructor in require() (line 83 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/xautoload/src/ClassLoader/AbstractQueuedCachedClassLoader.php).
  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_many_to_one_helper has a deprecated constructor in require_once() (line 127 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/ctools/ctools.module).

Samuel Sarr pilonne Jules Ndéné et defend Wade

Samuel Sarr assume sa longue amitié avec Macky Sall et sa femme Marième Faye. Une amitié qui ne l’empêche pas, cependant, «de se ranger du côté du peuple et de défendre les intérêts de celui-ci». Convaincu que le pays va mal et qu’il faut que chacun prenne ses responsabilités par rapport à la situation née de «l’incompétence du chef de l’Etat et de son régime», le leader de Libéralisme social sénégalais (Lss) a pris les siennes, en se portant candidat à la présidentielle de 2019. A propos de l’obstination des tenants du régime à parler de victoire au premier tour, Samuel Sarr affirme que ce n’est pas possible et alerte sur le fait qu’ils ont déjà préfabriqué leurs résultats. Le patron de Lss était à Touba et Ndiassane, pour présenter son projet et solliciter des prières auprès des marabouts. 
  
  
  
  
  
«Macky Sall fait partie des personnes, au Pds, avec qui j’avais beaucoup d’affinités, depuis 1990. Je le répète Marième Faye Sall son épouse est ma sœur et elle restera ma sœur. La politique ne me mettra pas en mal avec mes amis d’hier. La politique ne me fera pas faire des gens des ennemis», a souligné Samuel Sarr. Qui rappelle, pour donner une idée de sa longue et bonne relation avec le chef de l’Etat, que Macky Sall, alors étudiant en France, avait beaucoup contribué, à ses côtés, en tant que coordonnateur du Pds en Europe, à la présidentielle de 1993. 
En outre, en plus d’avoir été avec lui, dans le cercle restreint des plus proches de Wade, Samuel a souvent été sous la tutelle de Macky Sall dans ses fonctions étatiques. «Nous étions dans la mouvance des faucons et des finances. (…). Il a été mon ministre de l’Energie, quand j’étais Directeur général de la Senelec. J’ai été ministre de l’Energie quand il était Premier ministre», rappelle-t-il. Et c’est fort de ses liens qu’il a eu très mal avec la guéguerre interne au Pds qui a conduit à la disgrâce de Macky Sall. «Quand on complotait contre lui, ça ne me plaisait pas, parce qu’il est mon ami. Et même quand on a comploté contre lui et qu’il est tombé en disgrâce, on a gardé de bonnes relations, surtout avec sa femme Marième Faye», affirme-t-il. 
  
  
  
Cas Karim Wade 
  
  
  
Mais la relation entre les deux hommes a failli voler en éclats avec l’affaire Karim Wade. «L’histoire nous a amené qu’il soit président de la République. J’étais scandalisé, outré et meurtri, quand il a arrêté Karim Wade. C’est notre premier couac. Je l’ai dénoncé de toutes les façons. J’ai tout écrit; je suis allé au-delà même de ce que je pouvais, pour défendre Karim Wade,  au point même d’aller en prison», rappelle l’ancien ministre de l’Energie. 
  
  
  
«Entre défendre mon amitié avec le chef de l’Etat et défendre l’intérêt du Sénégal…» 
  
  
  
Mais entre défendre son amitié avec le chef de l’Etat et défendre l’intérêt du Sénégal, Samuel Sarr dit avoir choisi de se ranger du côté du peuple. Le peuple qui, pour lui, soufre de tous les maux nés «de l’incompétence er de la mauvaise gestion» de Macky et son régime. «Ayant vu et constaté que les choses vont mal, j’ai pris mes responsabilités. J’aurai pu venir et lui dire : je vais venir travailler avec toi, car j’ai contribué  à certaines choses…», dit-il, sans terminer sa phrase. Avant de balayer d’un revers de main les rumeurs selon lesquelles sa candidature est parrainée par le chef de l’Etat, pour grignoter l’électorat du Pds. Pour Samuel Sarr, tenir de tels propos, c’est même manquer de respect aux gens responsables et déterminés qui se sont engagés avec lui. «Si j’ai pris la décision de me présenter à l’élection présidentielle, ce n’est ni avec les moyens de Macky Sall, ni pour Macky Sall. Je suis avec des gens de valeur. Vous pensez que ces gens là vont venir avec moi, pour aller soutenir un candidat?», fait-il remarquer. 
  
  
  
«Les choses vont mal, 70% des gens qui l’entourent ne savent pas de quoi on parle» 
  
  
Revenant sur le sens de son engagement, Samuel Sarr de déclarer : «Le pays va mal et je le lui ai dit. 70% des gens qui l’entourent ne savent pas de quoi on parle. Lui il le sait, et les Sénégalais l’ont ressenti. Il a fait de mauvais choix et aujourd’hui, on le constate. Il y a la paupérisation accentuée de la population ; on constate un défaut d’anticipation. Ce qui est la preuve d’une incompétence», affirme-t-il. Une «incompétence caractérisée», comme avec le problème de l’eau, qui l’amène aujourd’hui à assumer ce qu’il pense être sa mission et demander aux Sénégalais d’entrer eux aussi en guerre contre le régime en place. «On a tous le devoir de se lever et de dire ; ça suffit. On nous promettait une bonne gouvernance, mais tout le monde connait les scandales qu’on a vus. Nous n’avons pas fait en 12 ans ce qui se fait aujourd’hui. Il se passe beaucoup de choses, mais ce n’est pas tout ce qu’on sait qu’on peut révéler», dit-il. 
  
  
  
  
  
«Ils ont déjà affiché leurs chiffres : 56% ;  des chiffres fabriqués, mais il y a des contre-fabriques qui lui donne 39% ou 41%» 
  
  
  
Pour Samuel Sarr, le chef de l’Etat est tellement passé à côté de sa mission qu’il ne devrait même pas briguer un second mandat. «On le respecte en tant que grand-frère, mais je suis désolé, si aujourd’hui il a failli à sa mission,  il devait avoir la même humilité que François Hollande a eue, de se retirer de la course et laisser la place à un autre», martèle l’ancien collaborateur de Macky Sall. Et pour lui, c’est peine perdue que lui et ses partisans veuillent faire croire à la possibilité qu’il remporte la présidentielle au premier tour. «C’est clair et évident qu’il ne passera pas, mais ils sont dans une course effrénée de gagner au premier tour. Au premier tour, il ne peut pas gagner et il le sait», soutient Samuel qui accuse et prévient. «Ils ont déjà affiché leurs chiffres : 56%,  des chiffres fabriqués, mais il y a des contre-fabriques qui lui donne 39% ou 41%». 
  
  
  
«Macky Sall est allé chercher des déchets… Il se permet de laisser insulter Wade par Souleymane Ndéné Ndiaye, qui a été le pire de ses Premiers ministres» 
  
  
D’ailleurs, il est convaincu que c’est à cause de cela que Macky Sall est prêt à s’allier avec n’importe qui, y compris les feuilles mortes du Pds. «C’est pourquoi il est parti chercher des déchets. Je dis bien des déchets, parce que quelqu’un qui ose ternir la grandeur de Me Abdoulaye  Wade… Je ne veux même pas le citer, mais qui a été le pire Premier ministre du Sénégal. Si quelqu’un qui a appelé certaines personnes pour insulter Abdoulaye Wade, est assis à côté de vous, c’est que vous êtes un régime finissant. Si Macky Sall se permet de laisser insulter Abdoulaye Wade par Souleymane Ndéné Ndiaye, qui a été le pire de ses Premiers ministres,  c’est qu’il y a un problème…» 
  
  
  
  
  
  
Mbaye THIANDOUM