Un sommet de la «Chinafrique» pour consolider les liens économiques?

 

Il sera essentiellement question de gros sous au forum de la coopération Chine - Afrique qui a ouvert ce matin à Pékin. Les chefs d'Etat présents ont deux jours pour faire valoir leurs intérêts respectifs.

La Chine a un agenda en tête, celui des « routes de la soie », qu'elle veut tisser le plus loin possible. Pour trouver à l'étranger les débouchés pour ses entreprises en difficulté sur le territoire national et aussi pour étendre son influence sur toute l'Afrique. Son carnet de chèque est donc sur la table, comme à l'accoutumée. Pour construire les ports, les routes, des chemins de fer, qui manquent encore en Afrique, notamment pour acheminer les matières premières dont les Chinois ont toujours besoin. Pour le moment seuls le Kenya et l'Ethiopie ont bénéficié de la dynamique « route de la soie ». Pékin s'intéresse de plus en plus à l'ouest de l'Afrique, l'Angola, le Nigeria, sont dans son viseur. Les Africains demeurent preneurs, le Togo par exemple se rêve en point d'ancrage du programme Obor -One belt, one road, mais la plupart des pays concernés seront plus attentifs aux conditions de ces prêts.