Error message

  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_display has a deprecated constructor in require() (line 83 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/xautoload/src/ClassLoader/AbstractQueuedCachedClassLoader.php).
  • Deprecated function: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_many_to_one_helper has a deprecated constructor in require_once() (line 127 of /home/dda2017/public_html/sites/all/modules/ctools/ctools.module).

Wattu Senegal et Manko disent non à Macky

L’initiative du chef de l’Etat de faciliter le vote des électeurs avec la carte numérisée d’identité et/ou d’électeur, le passeport ou autre document, n’a pas reçu l’onction de l’opposition dite «significative». Dans la foulée de la saisine du Conseil constitutionnel, la Coalition Gagnante Wattu Senegaal de Me Abdoulaye Wade et la Coalition Mankoo Taxawu  Senegaal de Khalifa Sall, Idrissa Seck et autre Malick Gakou ont apposé leur véto à l’initiative du président Macky Sall.

 

En campagne électorale à Koumpentoum, Me Abdoulaye Wade, tête de liste de la Coalition Gagnante Wattu Senegaal a ainsi rejeté tout vote par «l’utilisation de document ne pouvant pas permettre d’identifier un électeur ou prouver son inscription sur les listes électorales». Selon une note transmise à la presse par la coalition regroupant le Pds et ses alliés, Me Wade a affirmé hier, lundi 24 juillet, que «le Conseil constitutionnel ne peut et ne doit pas permettre à Macky Sall de rouvrir frauduleusement la période d’inscription sur le fichier électoral ou de modifier illégalement par le règlement les conditions d’exercice du droit électoral qui sont déterminées exclusivement par la loi».

 

Dans la foulée, la note établit : «Macky Sall comme le Conseil constitutionnel sont avertis : aucune fraude ne sera tolérée et le peuple veillera à exercer librement ses droits. Il détient seul, la souveraineté et peut se donner le droit de l’exercer directement sans passer par quelque représentant que ce soit ».

 

Poussant même la confrontation avec le pouvoir à son paroxysme, la Coalition Gagnante Wattu Senegaal maintient sa marche de ce jour, mardi 25 juillet ; au centre-ville de Dakar, malgré les avertissements du ministre de l’Intérieur.

 

Embouchant la même trompette, la coalition Mankoo Taxawu  Senegaal de Khalifa Sall, Idrissa Seck et autre Malick Gakou s’est dite opposée à l’initiative de Macky Sall. Aussi, note-t-elle dans un communiqué en date d’hier, lundi 24 juillet, qu’ «Après avoir démantelé les piliers de notre démocratie par une série de tripatouillages de la loi électorale au gré de ses intérêts partisans, le Président Macky Sall tente aujourd’hui de porter un énième coup de grâce aux acquis démocratiques de notre pays».

 

Et de poursuivre : «En saisissant le Conseil  constitutionnel sous le prétexte de permettre aux électeurs  n’ayant pas retiré leur carte de voter aux élections législatives du 30 juillet prochain avec un document administratif autre que la carte d’identité biométrique Cedeao, le président de la République décide unilatéralement de  violer  les articles L 53 alinéa 1er et L 78 alinéa 1erdu Code électoral qui disposent  que seule la carte d’identité biométrique Cedeao fait office de carte d’électeur et qu’à son entrée dans le bureau de vote, ce dernier  doit présenter sa carte d’électeur».

 

Par conséquent, la coalition Mankoo Taxawu Senegaal a tenu à dénoncer ce qu’elle a qualifié de«forfaiture», avant de  mettre en garde le Président Macky Sall qu’il dit tenir«responsable de toutes conséquences qui découleront de ce coup de force contre notre démocratie».

A moins de cinq jours des élections législatives, le Sénégal semble ainsi loin de sortir de l’ornière d’un scrutin marqué en aval par moult réajustements de la loi électorale.